Les secrets de la Lounge Chair de Charles et Ray Eames

La lounge Chair de Charles et Ray Eames: pourquoi un tel succès ?

Issu d'un prototype présenté au concours « Organic Design in Home Furnishing » au museum of Modern Art en 1940, la Lounge Chair est l'une des créations les plus complexes jamais réalisées par Charles et Ray Eames et leur premier projet pour le marché de haut de gamme. Luxueuse et accueillante, grand classique du design, la Lounge Chair se démarque du reste de leur travail, habituellement axé sur les possibilités de production en série, puisqu'elle a été conçue et réalisée en 1956 pour l'anniversaire du réalisateur Billy Wilder.

 

Depuis l’origine, il existe deux éditions officielles du Lounge Chair : l’une Américaine, l’autre Européenne. La première est fabriquée par Herman Miller depuis 1956 et jusqu’à aujourd’hui. La deuxième par Mobi- lier International sous License Herman Miller puis par Vitra. La forme des piétements les différencie ainsi que quelques détails de fabrication.

On considère également deux versions : la plus ancienne avec des coussins rembourrés de plumes et un placage en palissandre de Rio (jacaranda) et la plus récente s’affichant dés les années 80 avec des coussins garnis de mousse et divers placage (palissandre, noyer, chêne, merisier...). 

Comment reconnaitre un modèle américain ?

trans.gif

I/ Première version

Piètement à quatre braches pour l’ottoman 671 et cinq branches pour le fauteuil 670,

Shockmounts souples

Logo Herman Miller avec pastille ronde  fond noir ou clair

Intérieur des coussins avec étiquette indiquant le fabricant et la composition en plumes (Stephenson & Lawyer / Down feather / ),

Système de fixation des coussins par crochet et œillet

Inscription « Dome of Silence » sur les patins réglables ( cette inscription n’est plus visible depuis les années 2000).

II/ Seconde version:

Les coussins sont désormais rembourrés de mousse et de dacron  

Enfin, le modèle Européen: Piétement (quatre et cinq branches)  plus évasé et pastilles en téflon blanc non réglables 

Soit le sticker transparent « Mobilier International 162 bd Voltaire Paris », shockmounts souples, 

Soit étiquette rectangulaire noire ICF à Milan qui a produit à partir de 1958 jusqu’au milieu des années 80 le mobilier Herman Miller sous licence officielle.

L’assemblage des deux coques du dossier ont quatre schockmounts sur la partie supérieure et quatre sur la partie inférieure au lieu de deux grands et quatre moyens pour les autres versions.

D'autres différences sur cette version taille des coussins légèrement différente, un rectangle de cuir cache le début de la fermeture éclair et parfois, attaches des coussins par velcro, les shockmounts sont en plastique dur.